Jitsi ou comment devenir son propre fournisseur de vidéoconférence

Bien que le titre semble prometteur, voir limite racoleur, c’est pourtant la promesse de cette solution Open Source. A travers cet article, nous allons voir quelles solutions, basé sur Jitsi existent et ce que Jitsi propose, ainsi que la façon dont cela peut être mis en place. Je tiens à préciser qu’installer un serveur demande des connaissances techniques pointues en Linux et que cela n’est pas forcément à la portée de tous. Ceci étant dit, commençons notre pèlerinage dans le monde magique de Jitsi.

Allo ?….On se voit et on se parle !

Nous allons commencer par expliquer quel est la fonction principal de Jitsi. Il s’agit d’une plateforme de vidéoconférence (nous avions abordé le sujet précédemment dans un article), pouvant être utilisé en mode multi-systèmes (Windows, Mac, Linux, Android et iOS). Pour les utilisateurs de iOS, il faut préciser que l’app Jitsi Meet sera nécessaire (Apple ne supportant pas nativement le protocole WebRTC dans iOS).

Pour utiliser Jitsi, un simple navigateur web suffit, du moment qu’il supporte WebRTC. L’invitation de nouveaux convives est simplifiée au possible car il suffit de partager une URL et de discuter sur PC directement sur le navigateur web. Sont supportés: Firefox, Google Chrome, Opera et Microsoft Edge (dernière version).

La mise en place d’un emplacement pour rencontrer les participants d’une discussion est très simple. Pour créer ou rejoindre un salon de discussion, il suffit simplement de saisir le nom du serveur et de donner un nom de conférence dans l’invite en ligne. Voici l’exemple du serveur Jitsi d’Infomaniak:

blank

Infomaniak propose une App pour mobiles, afin de faciliter encore plus l’expérience d’utilisation. Bien entendu, un simple navigateur (Chrome ou la toute dernière version de Microsoft Edge), pourra également faire l’affaire sur n’importe quel ordinateur.

Jitsi propose aussi d’organiser directement depuis leur propre infrastructure, des réunions en ligne, à l’adresse: https://meet.jit.si

Pour découvrir Jitsi en vidéo, il existe un channel Youtube, assez bien fourni (attention, la majorité des vidéos sont en anglais)

Le nombre de serveurs Jitsi s’est récemment multiplié ces derniers jours, durant la période du Coronavirus et des confinements, forçant bon nombre de personnes à devoir travailler depuis leurs domiciles. Cette contrainte a été l’une des raisons de cet élan d’installations partout sur le globe. D’autre part, le souci de confidentialité des données échangés a aussi été l’une des raisons qui a poussé à adopter Jitsi, comme solution.

blank

Il faut néanmoins ne pas oublier que la mise en route de ce genre de services requiert d’avoir un certain nombre de compétences techniques (le webRTC demande pas mal d’optimisations pour fonctionner correctement). Il faut donc avoir une bonne expertise sur Linux, pour se monter son propre serveur Jitsi et le faire fonctionner de manière optimale.

L’installation du serveur requiert d’avoir au préalable mis en place une machine Linux (idéalement Debian ou Ubuntu). Voici la vidéo du channel sur l’installation d’un serveur Jitsi:

Vous pouvez aussi trouver la procédure d’installation décrite en français sur ce lien: https://framacloud.org/fr/cultiver-son-jardin/jitsi-meet

Les installations Jitsi peuvent être mis en haute disponibilité, comme l’indique cette image, qui reprend un schéma d’installation dite “clusterisée”:

blank

Pour les connaisseurs, il s’agit de poser HAProxy, un module Linux qui permettra de configurer 2 serveurs pour la redondance, dans les cas pour lesquels la haute disponibilité est un facteur important. Ce qu’il faut retenir de Jitsi, c’est la notion disruptive innovante, de pouvoir s’organiser comme son propre fournisseurs de services telco en IP, avec audio et vidéo. la technologie WebRTC permet précisément d’avoir cette portabilité et cette facilité d’usage. On a juste besoin d’un lien internet (un point de rendez-vous) à partager avec ceux avec qui l’on a besoin de converser. C’est un peu comme si l’on se donnait rendez-vous à un restaurant pour aller manger ensembles. On se donne une heure, un point de rencontre et voilà !

blank

Pour les organisations, soucieuses de leur confidentialité, ce type de solution apporte une réponse simple, élégante et efficace. Le fait de s’appuyer sur un standard internet (WebRTC), permet que tous peuvent bénéficier d’un usage sur n’importe que type d’appareil (PC, tablette, smartphone), avec une rapide prise en main et un apprentissage facilité. Des éditeurs tiers, tels que 3CX ont adopté WebRTC et l’interface de Jitsi, pour leur environnement de communications unifiée. 3CX inclut en plus la gestion des appels téléphonique par VOIP et le portage de numéros téléphoniques traditionnels. Petite vidéo promotionnelle:

En résumé, Sommes-nous connectés ?

On peut dire que l’explosion des demandes, pour des solutions de vidéoconférence ont permis au grand public de (re)découvrir Jitsi et ses diverses déclinaisons sur le marché. En apportant cette ouverture, l’avenir des télécoms, tel que nous les connaissons risque de radicalement changer, avec une meilleure intégration dans le quotidien et une plus grande facilité d’usage pour tous. Cela demande aussi aux grands noms des telecoms et de l’informatique de pouvoir s’adapter à ces nouveaux challenges, pour le futur.

Je profite de cet article pour remercier Claude Stabile et Free-Solutions, pour les explications et le temps consacré à me donner les informations utiles à la rédaction de cet article.

blank
A propos Michel 196 Articles
Passionné de technologies variées et diverses, je n'écris que sur des choses qu'il m'a été donné d'expérimenter personnellement. Je travaille dans le secteur de l'informatique depuis 20 ans et en collaboration avec Fred, j'anime le blog avec des articles en français. J'espère que vous trouverez le contenu utile et je suis ouvert aux suggestions ! Bonne lecture.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*